illustration de la valeur ajoutée de la facilitation visuelle

Illustration de l'intelligence collective

L’intelligence collective mobilisée

L’expérience de David Sibbet, l’inventeur de la facilitation visuelle, a démontré que l’écoute active du facilitateur visuel se traduisant en dessin permet de tenir compte de la contribution de chaque participant et de saisir les métaphores récurrentes, expressions des émotions et énergies existantes.
La reconnaissance de la parole de chacun augmente l’intelligence collective et fait émerger le “nous” si indispensable au partage d’objectifs et de visions.
De plus, l’utilisation du langage visuel potentialise le cerveau des participants en intégrant le cerveau droit, siège des perceptions globales, et augmente nos capacités de synthèse, et de créativité.
L’émotionnel est compris et canalisé vers une plus grande implication et une meilleure compréhension mutuelle entre participants qui se voient “entendus” et ainsi reconnus.
L’étude MIT sur l’intelligence collective confirme que plus les participants sont écoutés et s’écoutent, plus le QI du groupe est élevé.

Illustration de l'asymétrie cérébrale

L’asymétrie cérébrale

Depuis déjà 50 ans nous savons que le cerveau est un organe complexe et asymétrique. La “légende” du cerveau gauche versus le cerveau droit est maintenant connue de tous.
Mais la situation est loin d’être manichéenne. Des recherches à partir des années 1990 par le biais de l’imagerie cérébrale ont démontré que les deux hémisphères du cerveau sont certes spécialisés, mais également en constante interaction.
Ceci pourrait expliquer l’efficacité remarquable de la facilitation visuelle. L’utilisation des capacités spatiales, émotionnelles et intuitives du cerveau droit augmente nos capacités à résoudre des problèmes complexes, comprendre les questions dans leur globalité, et de s’engager davantage dans un processus. Les deux hémisphères gauche et droit se potentialisent mutuellement par le biais du corps calleux.

Illustration de Napoléon

Pourquoi y avoir recours ?

Comme disait Napoléon, “Un petit dessin vaut un grand discours.”
Les militaires de tous temps ont reconnu l’intérêt du visuel, du modèle, pour mieux comprendre des réalités complexes et développer des stratégies pour les apprivoiser et “gagner la guerre”.
La facilitation visuelle est née à San Francisco dans les années 1980, inspirée par la façon de travailler des architectes et créateurs.
Le créateur de cette technique, David Sibbet, a adapté cette façon de travailler au monde de l’entreprise en fondant sa société The Grove.
Depuis, les sociétés les plus innovantes de la Silicon Valley utilisent la facilitation visuelle depuis leur création avec les résultats que nous connaissons. Il travaille avec Apple depuis la création de cette société, et d’autres sociétés ont suivi dans la Silicon Valley et ailleurs.

Illustration pont de San Francisco

La facilitation visuelle est utilisée couramment dans le cadre de réunions, séminaires, world cafés, les forums ouverts, et coaching.  Elle est particulièrement efficace pour les démarches ouvertes tels que réunions stratégiques, la gestion du changement, et le brainstorming, ainsi que dans le travail d’équipes multidisciplinaires et multi-culturelles.  Toutes les partis prenants s’y retrouvent.